+ play
lists

Omega Snowboards

Hummer, autobus, t-shirts for all et de superbes filles avec un gros "O" fluo sur la poitrine. Omega Snowboards n'y ont pas été avec le dos de la cuillère niveau visibilité pour la première édition du KNOW?SHOW EAST. Parmi les exposants présents lors du salon Skate / Snow / Lifestyle qui se tenait au Marché Bonsecours du 11 au 13 février, les logos de la compagnie de boards de Phil Grisé et Ian J. Drolet étaient difficiles à manquer.

Bien que vous en avez probablement déjà aperçu sur les pentes, voire même aux pieds de certains de vos riders préférés, ce n'est que cette année que la ligne de snowboards Omega arrive vraiment dans les présentoirs des détaillants. Après 4 années à cogiter dans l'esprit de son créateur, le fruit Omega est enfin mûr et tentant.

Entre autres copropriétaire de la franchise Empire, Phil Grisé n'en est pas à ses premiers balbutiements dans l'industrie des sports d'actions et du streetwear. Fort de plus d'une quinzaine d'années d'expérience au sein de celle-ci, il fait partie de ceux qui l'ont pris en main et qui ont façonné son développement au Québec. De la Boutique Illusion à St-Bruno dans les années 90 (qui avait le meilleur team de skateboard durant la même bonne époque du Skatepark de Boucherville!), jusqu'à la boutique Empire, puis maintenant Omega, la croissance des projets de Phil Grisé a toujours été fertilisée par le même engrais que celui de ses dreads: un amour inconditionnel pour la scène, et surtout; une tête!

Omega, c'est d'abord le nom. "Quand je pars quelque chose j'imagine et je conceptualise le nom d'abord ". Si Empire avait été inspiré par celui des Romains, cette fois c'est la civilisation grecque qui a inspiré la nouvelle marque de commerce. La première idée fut de se lancer dans le vêtement. Un marché toutefois trop compétitif, voire saturé. Le principal intéressé est bien placé pour en parler. La fabrication de skateboard vint naturellement en second lieu; peu coûteuse, mais aussi trop peu rentable. C'est finalement inspiré par l'esprit du film culte de snowboard Little Bastard, qui renaît à nouveau avec la sortie éminente de Still Bastard des Wildcats, et le désir d'en ramener l'essence dans notre coin de pays, que le snowboard s'imposa pour Omega.

Dans l'optique de justement faire la promotion de la scène locale, les premiers boards Omega ont été produits au Québec. Des problèmes à la manufacture, puis la faillite de cette dernière, ont malheureusement retardé la mise en marché des premiers modèles. Forçant du coup une bonne année de recul à l 'entreprise...

Comme le facteur sonne toujours deux fois, Phil s'est associé à Ian J. Drolet, à qui l'on doit entre autres l'enveloppe graphique de la boutique Empire et les productions de Dizzle. En plus d'offrir une gamme complète de produits de qualité, Omega offre également des outils de financement pour les boutiques de moindre envergure auxquelles la compagnie s'adresse. Cette attention particulière témoigne de l'expérience de Phil Grisé dans toutes les facettes de l'industrie, de la conception jusqu'à la vente au détail et de son souci à faire la promotion de la scène locale.

De retour, forts de leur lancement de leur nouvelle série et d'une crédibilité déjà acquise dans l'industrie, Omega entend naturellement emboîter le pas dans le skateboard et s'étendre de la même façon en supportant des artistes de la scène musicale émergente.

À l'entendre, les propos de Phil Grisé tiennent presque davantage de la philanthropie que d'intentions pécuniaires. "J'aurais pu m'acheter un autre char ou encore une maison, mais je préfère investir dans le soutien de la famille!" conclut-il de façon étonnamment humble.

L'équipe d’Omega Snowboards est constituée de Guillaume Brochu, Yan Devo, Mike Page et Dave Short. Les boards seront disponibles dès la fin de l'été dans les présentoirs de vos boutiques de snowboards préférées. Leur site www.omegaboards.com sera en ligne sous peu.