+ play
lists
Rap
18 mai, 2007 - 0:12

Sir Pathetik

[Écouter la piste 'J'rap pour toi']

3 ans de trippe après et Un gars d’même ont fait du rappeur de Trois-Rivières une figure proéminente du hip hop local. Il faut dire que son visage, sa voix et son flow chantant sont facilement reconnaissables. Mais c’est avec sa chanson « Pour mon pays », véritable hymne « autonomiste », que Sir Pathétik s’est imposé comme l’ambassadeur par excellence du rap québécois aux quatre coins de la province. Simple, franc et drôle en personne comme dans ses textes, Pathétik, qui revenait du salon de tatouage, a répondu à nos questions tout en faisant son épicerie avec sa copine.

Est-ce que « Pour mon pays » est une chanson politique?


À la base, je n’ai pas pensé à ça. C’est vrai que le dernier couplet sonne plutôt engagé. J’imagine qu’un jour, il va falloir en venir à ça, la souveraineté… Mais bon, je n’ai pas écrit la chanson pour promouvoir mes idées sur la question. C’est avant tout une toune qui parle du Québec.

Et j’imagine qu’elle doit te valoir de chaleureuses réceptions un peu partout où tu passes…


Ah oui, dans chaque ville, quand c’est son tour, le public réagit. À Victo, à Chateaugay, à Rimouski… Partout, les gens chantent avec moi.

Comment as-tu hérité du nom Sir Pathétik?


C’est à cause de ma toune « L’accro du trippe », sortie bien avant mon premier exemplaire. C’est drôle car il ne doit pas exister plus de cent copies de ce premier titre, mais elles ont fait le tour du Québec et le public m’a toujours associé avec ce morceau. Avant que je m’en rende compte, j’avais hérité du nom. Le « Sir » date de l’époque où, influencés par IAM, les MC se donnaient des noms de chevaliers.

Parle-moi de Mauvaise Frékentation.


C’est le nom du duo que je forme avec Billy Nova et le titre de l’album que nous lançons le 27 mai. Le premier extrait « J’rappe pour toi » sera sous peu en rotation à MusiquePlus. Ça faisait longtemps que je voulais travailler au sein d’un groupe, ce que j’avais fait au début de ma carrière avec Instance de Justice puis au sein de Mine de Rien avec Ale Dee. L’album est gros. Aux côtés de Billy, je suis revenu à un rap un peu plus dur.

Est-ce que le succès de 3 ans de trippe après t’as surpris?


Pas vraiment. J’aurais peut-être dû l’être, mais on s’attend toujours à plus. Comme là, j’ai vraiment l’impression que Mauvaise Frékentation va faire du bruit, grâce au flow de Billy Nova, aux beats de Hot Box, aux featuring du Queb et de Jérôme Philippe…

Est-ce que tu écris tes morceaux avec la scène en tête?


Pas du tout. J’ai pris l’habitude d’écrire pour moi, mais je devrais sans doute écrire plus de chansons en prévision des spectacles. En ce moment, à mes concerts, les gens chantent plus qu’ils ne bougent. Je sais qu’aujourd’hui, ça prend une danse, une niaiserie, pour que les gens accrochent mais j’essaie simplement de chanter ce qui me vient du cœur – et d’éviter que deux de mes morceaux sonnent pareils!

[Écouter la piste 'J'rap pour toi']