+ play
lists
Art visuel
8 décembre, 2010 - 12:12

L'affaire 52, semaine 35: les danseurs nus

Un beau et froid jeudi soir, mon ami Erik -qui voulait tant participer à mes activités loufoques 52- et moi-même avons décidé de se payer la traite et d'aller voir des hommes nus qui se prostituent.  On s'est donc pointé au 281 vers minuit, parce qu'on se disait qu'avant cette heure là, ça devait être ben plate.  La salle était pleine de petites filles en chaleur; j'ai même vu deux nanas danser ben cochon ensemble style SuperBad, avec une cuisse entre les deux jambes, question de bien se frotter le vagin sur son amie.  On a appris que c'était les auditions ce soir là, c'est-à-dire des quidams qui montent sur la scène et qui se shakent le jambon en espérant gagner le 50$ et/ou une place dans l'équipe de danseurs du 281.  J'me demande qu'est-ce qu'ils font quand y'a juste un dude qui y va, est ce qu'il gagne le 50$ par défaut?  Anyway.  La fille au vestiaire nous a dit que ça faisait deux semaines qu'il n'y avait pas de concurrent pour les auditions... alors Erik et moi avont touché du bois pour en voir, come on, les gars, déniaisez vous.  On veut rire un peu.

Au 281, c'est comme à la cabane à sucre, tu va t'asseoir où y'a de la place; on avait donc pour voisins une fille et sa date qui se frottaient le dos et s'embrassaient.  On se demandait quel genre de couple sortait ensemble voir des danseurs nus, alors, parce que je suis une fille vraiment curieuse, j'ai demandé à ma voisine: elle était là avec ses amies de fille, lui était sorti aux Foufounes Électriques avec ses chums, puis il est venu la rejoindre.  Il est danseur au Stock, ou au Stud, j'ai pas saisi le nom, et ce n'était pas son chum, mais sa fréquentation.  Bref, en trois minutes de conversation, je connaissais pas mal leur vie...

Et là, on l'a vu, le Jimmy d'Occupation Double, et je l'ai reconnu, parce que un dimanche soir quelconque, ma soeur nous avait invité à souper, mes parents et moi, et elle nous a forcé à regarder cette télé-réalité de merde que je ne supporte pas.  Une fausse game d'amour machiavélique, ça me dégeule.  Alors donc, la gang de petites filles devant nous qui se payaient danse à 10$ sur danse à 10$, ont callé le fameux Jimmy -qui d'ailleurs, portait les même souliers Nike gris métalliques que Erik (il voulait que je le dise).  Ben oui, on a vu son pénis -bandé, ses fesses et tout le kit.  Yé pas laid, son pénis.  La petite fille avait tellement l'air mal à l'aise qu'elle semblait se forcer à le regarder dans les yeux, j'veux dire, t'es pas là pour le charmer, fillette, tu es là pour en profiter et te rincer l'oeil et écrire sur ton status Facebook "j'ai eu le pénis de Jimmy à un pouce du nez" le soir même.  Une autre de ses amies, lorsque ç'a été son tour d'avoir une danse, avait de grosses réactions de recul quand le mec lui foutait son pénis dur dans la face.  Il a vite compris qu'elle était pas à l'aise avec le fait d'avoir une graine aussi prêt de son visage et a rangé son engin.  Tout ça pour dire que regarder les fillasses était clairement plus amusant que de regarder les gars se trémousser...  et elles se sont rendues compte que je les observais, ceci dit.

Des femmes un peu plus âgées entraient dans la place et embrassaient les danseurs sur les joues, comme de bonnes vieilles habituées.  J'en ai même vu quelques unes s'asseoir dans une banquette avec eux et jaser.  Après renseignements, parler avec un danseur, c'est payant aussi.  Hey, payer pour jaser.... way to go, buddies.  Parfois, sur la scène, il y avait une genre de mise en scène avec une fille (qui paie 50$ pour être là, plus tip), dont une qui a dû bouffer une banane entière en trois bouchées placée de manière suggestive sur la bobette du danseur.  Elle avait l'air d'avoir de la difficulté à mastiquer; c'est dur, avaler une banane complète devant public.  Digne de mention: il y a eu à un moment un show avec des mineurs, et là je parle de mineurs qui travaillent dans une mine, là, pas des under age.  J'ai accroché un torse nu qui passait à côté de moi et je lui ai demandé si c'était un hommage aux mineurs du Chili, il m'a dit "ben sûr!".  Haha, ils sont d'actualité, un peu.  J'aimerais voir la réaction des vrais mineurs qui sont restés coincés le jour où ils vont apprendre qu'ils se font honorer par des danseurs nus.

Mes voisins ont payé un round de shooters de Jäger, et le shooter-boy, qui avait un suit de l'enfer en cuir avec pochettes intégrées pour les bouteilles, les shooters de plastiques et plus encore (que j'aurais pris volontier en photo si j'avais pu prendre des photos, son suit était juste débile; je pense me déguiser en lui à l'Halloween prochain) nous a dit:

- Ok! Alors vous buvez le shooter et vous le laissez tourner dans votre bouche pendant cinq secondes, et après vous inspirez longuement! Un, deux, trois, go!

What the fuck?!  First time ever que quelqu'un me dit de boire mon shooter de telle manière.  C'est juste dégeulasse faire ça, surtout avec un jäger.  Je l'ai pas fait, son ostie de truc.  Dans le petit livret Urbania que la gentille fille du vestiaire m'a donné à la fin, c'est écrit: "5: nombre de secondes pendant lesquelles il est conseillé de laisser rouler dans sa bouche le shooter "orgasme" avant de l'avaler".  Alors son petit show, il le dit à tout le monde, peu importe quel shooter tu commandes.  De la grosse marde. 

Après avoir vu le chum d'un ami à Erik aller faire les auditions et se faire présenter d'une manière que c'est évident que le staff le connait et que ce n'est pas sa première fois sur la scène, on a décidé d'aller s'essayer dans les bars de danseurs nus gais, pour faire la différence.

- J'ai pas vu assez de Grecs, m'a dit Erik.

- De Grecs? Hein?

- Non, de GRAINES!

...

Pour lire la totalité de mon aventure aux danseurs, cliquez ici.