+ play
lists

On a piqué une petite jasette avec Didier Godbout à propos du paraski!

Crédit photo : Pierre Langevin
On a piqué une petite jasette avec Didier Godbout à propos du paraski!
Son père (Luc Godbout, inventeur du paraski) est passé avant lui, oui, mais Didier Godbout a fait sa marque dans plusieurs sports d’action : d’abord en motocross pendant 6 ans, puis en wakeboard (champion canadien division rail et 3e en bateau!), ensuite en snowboard (on se souvient de ses participations au Shakedown de Saint-Sauveur et au US Open au Vermont ainsi que de ses films avec Brothers Factory!). Et pour finir, en vélo de route et de montagne ainsi qu’en paraski (il est arrivé 2e au Red Bull Kite Farm, la plus grosse course de kite au Canada). Bref, le gars est bon dans tout… même en business.
 
Le petit gars de Beauharnois-Salaberry-de-Valleyfield est maintenant âgé de 30 ans; il s’occupe avec son père de leur boutique Vélo-Station et de leur entreprise Paraskiflex – mais il n’a rien perdu de sa fougue de « jeunesse ». « C’est clair qu’avec le magasin et mes deux enfants, j’ai moins de temps, mais j’en trouverai toujours pour faire du sport, là c’est le vélo de montagne et le vélo de route. C’est impossible pour moi de ne pas faire de sport! », nous raconte Didier, bien relax.
 
Crédit : Pierre Langevin
 
Et en hiver? « Je fais du paraski, j’adore ça! Beaucoup de gens ne savent pas qu’il s’agit d’une invention québécoise dévoilée au début des années 2000. C’est un sport qui permet de profiter de l’hiver sans avoir à se déplacer sur une montagne et à payer son entrée. Avec le paraski, on débarque sur un lac gelé ou dans un champ, et on laisse le vent faire le reste. La sensation est vraiment tripante, on prend facilement de la vitesse simplement en profitant de l’énergie naturelle du vent. » Et pour ça, pas besoin d’être un pro : « On a enseigné à des gens de 6 à 80 ans qui n’étaient pas nécessairement des adeptes du patin et du ski. Grâce au cours offert à la boutique, une personne peut maîtriser son paraski en 30 minutes et ensuite s’amuser toute la journée. »
 

 
Le meilleur spot pour en faire? Didier répond sans hésiter « La région de Beauharnois-Salaberry-de-Valleyfield! Honnêtement, pour en avoir fait ailleurs, je peux dire que c’est le meilleur endroit au Québec. Il y a des lacs et des champs, et il vente presque tout l’hiver – des conditions parfaites! Il y a quelques années, on avait déménagé l’école ailleurs, mais on est vite revenus à Valleyfield, parce que c’est clairement le meilleur spot! » Et Didier n’est pas le seul à triper : « Il y a environ 200 personnes qui ont un paraski dans la région, sans compter ceux qui viennent prendre des cours. D’habitude, après une journée de paraski, on reste sur le lac dans les cabanes et on se fait un feu. Ça crée un esprit de gang », ajoute-t-il.
 
 Crédit : Justine Grenier

Tout l’hiver, vous courez la chance de croiser Didier sur le lac Saint-François, où il passe beaucoup de temps à faire du paraski et à donner des leçons. Autrement, il est à la boutique Vélo-Station, passez le voir, le gars est ben nice!
 
Envie d’essayer le paraski?
 
Cours d’initiation
Pour 125$, vous obtenez une séance d’initiation de 3 heures. La boutique Vélo-Station fournit le harnais, la voile et bien sûr le prof. Il n’y a qu’à apporter vos bottes et vos skis (ou à en louer là-bas).
 
Surveillez la page Facebook Ça vaut de l’or, on raconte qu’un concours permettra de remporter un cours d'initiation pour deux personnes durant l'hiver 2015-2016. Bonne chance!
 
Achat ultime
Prévoyez environ 730$ pour l’achat d’une voile débutant / intermédiaire. Il s’agit d’un investissement à long terme, car la plupart des pros utilisent encore de temps à autre leur première voile.
 
Si jamais le vent ne se pointe pas (chose assez rare), vous pourrez faire du fat bike pour environ 25$/2 heures ou 50$ pour la journée. Quoi qu’il en soit, si vous débarquez à Beauharnois-Salaberry-de-Valleyfield, vous êtes assurés de triper!
 
On se voit sur le lac?